Délégationde Franche-Comté

Un dimanche pour fêter le Christ Roi, humble et pauvre avec les pauvres

Un dimanche pour fêter le Christ Roi, humble et pauvre avec les pauvres

publié en décembre 2017

Le 19 novembre 2017 était à la fois le dimanche de la collecte nationale du Secours Catholique et la première Journée mondiale des pauvres voulue par le pape François à la fin de l’année de la Miséricorde. Le pape a souhaité que cette journée ait le visage qu’a la pauvreté là où nous vivons. Il appelle à faire une expérience de rencontre avec ceux qui souffrent de multiples manières de la pauvreté : « Si nous voulons rencontrer réellement le Christ, il est nécessaire que nous touchions son corps dans le corps des pauvres couvert de plaies, comme réponse à la communion sacramentelle reçue dans l’eucharistie. Le corps du Christ, rompu dans la liturgie sacrée, se laisse retrouver, par la charité partagée, dans les visages et dans les personnes des frères et des sœurs les plus faibles. »

C’est aussi le thème de la campagne 2017 du Secours Catholique, avec son slogan « Qui croit encore que les démunis ont la belle vie ? » Sur les 9 200 personnes en situation de pauvreté rencontrées en un an par les équipes locales en Franche-Comté, un quart sont des mères qui élèvent seules leur enfant, un quart sont des couples et un quart des hommes seuls. Cela signifie que derrière ces adultes, il y a près de 10 000 enfants qui sont touchés par la pauvreté. 70 % vivent avec moins de 800 € par mois. Notre objectif est de montrer que les pauvres ne sont pas des assistés, des profiteurs ou des fraudeurs. Ils ont le visage du mal-logement, de la précarité étudiante ou des mères qui se battent seules pour élever leurs enfants en occupant des emplois précaires. Le mépris, la honte, sont des expériences trop souvent vécues pour surmonter les échecs et reprendre confiance.

Alors, pour dépasser les préjugés, rien ne vaut la rencontre : celle de l’étranger avec la pastorale des migrants, celle des personnes de la rue avec les maraudes de la conférence Saint-Vincent-de-Paul, celle des personnes qui poussent la porte des équipes bénévoles du Secours Catholique. Là, nous privilégions les médiations qui permettent la rencontre : des repas partagés, des projets de voyage à Lourdes ou ailleurs, des groupes d’échanges de savoir, de l’accompagnement de démarches. Ensemble, en communautés, aidées par les mouvements, répondons à l’appel du pape François : « […] si dans notre quartier vivent des pauvres qui cherchent protection et aide, approchons-nous d’eux : ce sera un moment propice pour rencontrer le Dieu que nous cherchons. »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne